5 conseils pour un prototype de jeu de société parfait

Avec l’expérience accumulée lors de la création de mes prototypes de jeu de société, je vais vous dévoiler 5 conseils pour développer plus rapidement vos idées et fabriquer votre concept très facilement.

1 – Notez toutes vos idées

Ceci est le tout premier conseil, car selon moi, le plus important  : notez absolument toutes vos idées.
Lorsque l’on teste son jeu avec des amis, il est très facile de perdre le fil de son objectif. Expliquer les règles, jouer, intervenir, annoter une carte, débattre d’un point de règle, écouter les conseils…
Et l’objectif, c’est l’amélioration et la simplification de la mécanique.
Vous ne retiendrez jamais les bonnes idées qui émergent si vous ne marquez pas un temps d’arrêt pour les noter.
Mon astuce : utiliser l’enregistreur vocal de votre smartphone.
Je commence toujours un enregistrement par citer le contexte, par exemple « Fortress Escape. À la 4e heure, le joueur place le directeur au lieu de le piocher ».

Chez vous, au calme, vous aurez tout loisir de reprendre chacun des enregistrements et de mettre à jour les règles.
Je pousse le vice jusqu’à trier mes enregistrements par code couleur et par catégories : blog, actu, interview, Fortress Escape, Warbot Arena…

2 – Le tout premier prototype doit être moche !

Si comme moi votre formation est issue des industries graphiques, la tentation est grande de concevoir un jeu chiadé le plus tôt possible.
C’est la première erreur que j’ai commise. C’est comme qui dirait, un péché d’orgueil. Pourquoi ? Parce qu’en étant graphiste, on se dit que le premier prototype, tel qu’il soit, doit déjà être en mesure de plaire, de séduire.
Or, le but d’un prototype n’est pas de séduire, tout du moins, pas pour l’instant. L’objectif est de vérifier la fluidité de la mécanique et qu’elle soit intelligible.
J’ai perdu un temps considérable (des nuits entières) sur mon premier prototype de Warbot Arena.

Donc mon conseil : votre premier prototype doit être moche !
Des cartes découpées rapidement dans du papier 250g, écrites au stylo noir.
Une attache parisienne fera office d’aiguille. Tout ce qui vous passera par la main remplacera les pions. J’ai mis des punaises sur des morceaux de liège !

3 – Versionnez les règles du jeu

Votre idée est griffonnée sur un morceau de papier. Cette idée se transforme en concept après avoir confectionné quelques cartes.
Le concept devient prototype lorsque des règles de jeu l’accompagne.
Il s’agit donc de mettre à jour les règles au fur et à mesure de l’avancée de votre prototype.
Et franchement, rien de mieux que Google Docs. Pourquoi ?

  • Vous avez la possibilité d’éditer les règles n’importe ou : au boulot (oops), sur votre smartphone dans le métro, chez les potes.
  • La conservation des versions et aussi une richesse, car une idée supprimée peut être retrouvée.
  • Et enfin, c’est un traitement de texte simple et génial, qui compose un sommaire en temps réel.

4 – Tester son jeu jusqu’à l’épuisement

Vous savez, je n’exagère pas. Pour moi, créer un jeu est une passion. Et comme toute passion dévorante, le temps ne compte plus. On peut se retrouver toute une journée à tester un prototype entre amis. Croyez moi, après la dixième partie de la journée, vous aurez la satisfaction d’avoir bien avancé votre projet.

Donc vous l’avez compris, il faut tester puis retester son jeu. Commencez avec des amis fidèles amoureux de votre proto.
Lorsque la mécanique semble stable, il est temps de le confronter à une association locale de joueurs.
Mon conseil : filmez vos parties. Non seulement vous conserverez une trace de l’évolution mais surtout, vous pourrez analyser le comportement des joueurs que vous n’aviez pas perçu, étant trop occupé à expliquer les règles.

5 – Fabriquez avec astuce et économie

Je vous l’assure, vous pouvez fabriquer l’intégralité de votre jeu chez vous.
Une simple imprimante jet d’encre, de l’huile de coude, de l’astuce et quelques euros suffiront pour vous confectionner votre prototype parfaitement beau et jouable.
Nul besoin d’être illustrateur dans l’immédiat. Je vous l’accorde, ça aide, mais pour l’étape finale, lorsque le jeu sera prêt à être édité.
Pour l’instant, nous voulons un magnifique prototype qui accentuera l’immersion.
Mes conseils :

  • Maquettez avec de vrais logiciels vectoriels ou de traitement d’images (Inkscape, Gimp, Illustrator, Photoshop, Corel Draw…).
  • Imprimer le recto sur du 250g et le verso sur du 80g.
  • Coller recto et verso avec l’aide d’une table lumineuse.
  • Encapsulez le tout avec une plastifieuse à chaud.
  • Découpez les cartes aux ciseaux ou au massicot (pas à la cisaille, ça glisse), arrondissez les angles à l’aide d’un coupe-angle rond de 3 ou 5mm.
  • Fabriquez des tuiles épaisses dans des calendriers (découpées avec des ciseaux à bois)
  • Tous les autres éléments sont achetables pour pas cher sur toutpourlejeu.com

Grâce à mon expérience dans l’industrie graphique, je peux vous aider à utiliser les logiciels professionnels tels que Illustrator, Photoshop ou InDesign et ainsi réaliser vos premières maquettes en un tournemain.

 

Partagez cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *