6 techniques pour reproduire des figurines

Je vais explorer dans ce billet 6 techniques pour reproduire des figurines. De la plus simple à la plus complexe à mettre en oeuvre, je vous fournis également des détails sur les coûts, la qualité et le temps nécessaire de réalisation.

Votre prototype de jeu de société est prêt à être diffusé auprès des éditeurs. Et il contient une ou plusieurs figurines élaborées.
La question à se poser est : est-ce que je peux remplacer la ou les figurines par des meeples standard ? Est-ce judicieux ? Est-ce que ça ne va pas ruiner le thème de mon jeu ?

Un meeple est un personnage en bois emblématique du jeu de société. Initié par le jeu Carcassonne, il est devenu le symbole du pion du joueur dans bon nombre de jeux. Est-ce qu’il pourrait convenir pour votre jeu ?

Figurines en bois ou meeples
LE Meeple. Personnage mythique en bois.

Il est économiquement intéressant d’utiliser des meeples de couleurs. Cependant, pour favoriser l’immersion de votre jeu, il est peut-être nécessaire de recourir à la création puis à la duplication de figurine personnalisée.
Survolons ensemble quelle technique adopter en fonction de la qualité de reproduction attendue.

1 – Acheter des figurines déjà réalisées

La première technique la plus simple mais pas forcément la plus abordable est d’acheter des figurines toutes prêtes, à la taille désirée.
J’ai déjà évoqué les fameux meeples, disponibles en toutes tailles et un grand choix de teintes. Mais il est également possible d’opter pour des figurines en plastiques de très bonne qualité.

Deux fournisseurs extrêmement connus des auteurs proposent un choix universel de figurines : toutpourlejeu et spielematerial. Allez-y, faîtes le plein.

Sujets en résine
Des Twinples. Figurines en résine créées par une société française.

 

2 – Création en pâte polymère (Fimo)

Toutes les techniques qui vont suivre font référence au fameux DIY (fait-le toi-même).
Très facile d’utilisation et assez économique : la réalisation de figurine en pâte polymère. La plus connue des pâtes est la Fimo de Staedtler. Elle se travaille comme de l’argile. Il est nécessaire de bien la malaxer pour la chauffer.
Elle ne colle pas, ne salit pas (ou peu), et peut se conserver si elle est bien conservée dans un sachet hermétique.
Chaque pain coûte environ 2 à 3 euros.

Le principe est simple : créer sa figurine, puis la cuire à 120° pendant 30 minutes dans un four traditionnel.
Ensuite, le challenge est de reproduire sa figurine à la même taille et la même forme. Cependant, ce n’est pas toujours aisé lorsque l’on maîtrise mal la création en pâte Fimo. De plus, il faut être outillé.

Pâte polymère
Pâte polymère. A travailler à la main et durcit à la cuisson.

3 – Reproduire des figurines à l’aide d’un moule

Vu qu’il n’est pas évident de sculpter deux fois le même modèle, sans gabarit, l’idée est d’utiliser un moule pour dupliquer la figurine originelle. Cette technique est idéale, car elle permet de réaliser de grandes séries assez rapidement et c’est financièrement avantageux.

Il existe plusieurs solutions pour fabriquer un moule : silicone, plâtre, etc.

Pour ma part, j’utilise de la pâte Oyumaru. C’est vraiment pas cher, une dizaine d’euros, et réutilisable à l’infini. Le principe d’utilisation est simple : on trempe un bâtonnet Oyumaru pendant 3 minutes dans de l’eau à 80°. Ensuite, récupérer le bâtonnet et le malaxer en forme de boule.

batons colorés Oyumaru
Pâte Oyumaru, parfaite pour fabriquer des moules

Il faut aller vite car la pâte durcit rapidement. Écrasez la boule sur votre sujet initialement créé en pâte Fimo. Il faut faire en sorte que de bien marquer l’empreinte. Au bout de quelques minutes, la pâte durcit. Retirer le sujet original pour mouler d’autre exemplaires à l’identique… en pâte Fimo par exemple.
L’avantage est que si le résultat ne convient pas, pas de panique, on le place à nouveau dans l’eau chaude puis on recommence.

La seule problématique dans la reproduction avec de la pâte polymère est qu’elle est difficile à retirer du moule sans la déformer.  Puisqu’elle est molle et ne durcit qu’au four, il n’est pas facile de la manipuler.
Une fois la nouvelle figurine sortit du moule, il sera également nécessaire de la retravailler afin d’éliminer les imperfections. Mais au moins, nous avons le même gabarit pour chaque reproduction.
Le résultat reste satisfaisant pour agrémenter un prototype.

Dans l’idéal, il faut créer un moule en deux parties. Puis attendre que la première partie soit dure pour réaliser la seconde. L’autre avantage avec la pâte Oyumaru est qu’elle ne colle pas sur elle-même.

4 –  Moulages en résine.

Il faut un peu plus de savoir faire pour utiliser au mieux la résine, mais cela vaut le coup. Car une fois sèche, la figurine en résine est quasi identique à l’originale.

La seule nécessité est de réaliser un moule absolument parfait, ainsi qu’un sujet assez détaillé. Et il est tout à fait possible de générer un moule en pâte Oyumaru.
Il faudra penser à laisser un canal pour faire couler la résine. Et prévoyez un support pour maintenir l’ensemble très stable.

Il existe deux types de résines : la polyuréthane ou l’époxy. La différence entre les deux réside dans le temps de séchage et la dureté.
De manière générale, on préférera la résine polyuréthane pour nos petites applications.

Cette technique est moins évidente que les précédentes et aussi plus coûteuse. Comptez largement une quarantaine d’euros pour les deux composants de la résine polyuréthane.

La mise en œuvre est simple : mélanger dans un verre plastique les deux composants de la résine (A+B) à quantités égales. Mélangez vigoureusement puis versez doucement dans le moule en faisant couler la résine le long d’un touilleur. Cette méthode évite la formation de bulles.
Attendre une trentaine de minutes, démouler et ébavurer.

J’ai trouvé la résine bi-composants aux alentours de 40 à 50 euros.

Reproduction en série de figurines en résine. Image extraite d’un projet Kickstarter

5 – L’impression 3D

Le top du top pour la création en série de figurines est l’impression 3D. Bon, comme tout le monde n’a pas d’imprimante 3D chez soi, le bon plan est d’aller imprimer dans le FabLab près de chez vous. Sinon, quelques sites internet proposent l’impression mais reste encore relativement cher.
L’avantage avec l’impression 3D, c’est que le résultat sera parfait pour tous les sujets dupliqués. Chaque pièce sera identique et utilisable sans fignolage. Suivant les dimensions de votre sujet, il sera possible d’imprimer une série en une seule fois. Il faudra juste être patient.
Afin de concevoir la figurine et de la transmettre ensuite au FabLab, il sera nécessaire d’appréhender un logiciel 3D.
Énormément de sites fournissent gratuitement des modèles 3D.

Niveau coûts, il faut prévoir un abonnement au FabLab plus la monopolisation de la machine. Prévoir une quarantaine d’euro. Attention, le temps de réalisation est très, très long.

Imprimante 3D
Imprimante 3D
Figurines Warhammer réalisées à l'aide d'une imprimante 3D
Figurines Warhammer réalisées à l’aide d’une imprimante 3D

6 – La découpe laser

Enfin, dernier volet de notre dossier : la découpe laser.
Je vous propose aussi cette technique car j’ai pu admirer à la convention Octogones, un prototype absolument magnifique du jeu Archers.
Tout est réalisé en découpe laser, absolument tout : les tuiles, les flèches, les figurines, la boite de jeu. Du très beau travail.
Encore une fois, il faut se rendre dans un FabLab pour découper ses figurines et également apporter ses matériaux.
En quelques minutes, la machine pourra découper une cinquantaine de pièces.
Le petit détail qui chagrine est cet aspect cramé des bords.
Question coûts, il faut prévoir un abonnement au FabLab plus la monopolisation de la machine. Prévoir une trentaine d’euros.

Figurines réalisées en découpe laser. Prototype du jeu Archers

 

Question de budget, pour l’instant, je réalise mes figurines uniquement en pâte Fimo à l’aide de moule.
Vous auriez d’autres techniques à soumettre ?

Partagez cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *