10 conseils pour réussir une convention

Après tous ces jours partagés ensemble sur la création de mon prototype Fortress Escape, j’ai l’immense plaisir de vous annoncer que j’ai eu les faveurs du public de la convention Octogones 2017.
Je remercie tous les joueurs qui ont participé et testé Fortress Escape lors de ce week-end du 6-8 octobre. Grâce à vous tous j’ai gagné le trophée de la catégorie jeu familial : ProtAmuse.

Retours sur la Convention Octogones 2017

Présenter un prototype de jeu de société lors d’une convention n’est pas une sinécure. Trois jours extrêmement denses, intenses et également tellement enrichissant.

Je dois avouer que le rythme d’une convention est extrêmement soutenu.
On m’avait prévenu et l’on ne se rend absolument pas compte tant que l’on ne vit pas l’expérience.

Mais l’événement est également ponctué de bons moments. Si je devais vous raconter une anecdote, celle-ci m’a particulièrement marquée.

En plein partie de Fortress Escape, un des joueurs m’annonce que mon jeu ressemble un peu à l’esprit de Room 25. D’un bond, il court chercher une boite dudit jeu dans les étagères du la section test de jeux.
Plus tard, un autre joueur m’évoque la même similitude sur la disposition des tuiles.
Rhaa… Je connais Room25 de nom, mais je n’y ai jamais joué. Quel est donc ce mystère autour de ce jeu.

D’autres parties s’enchaînent. Puis, parmi les visiteurs gravitant autour de la table, un homme semblait très intrigué sur le déroulement de notre partie. Il se tenait là, et arborait fièrement un t-shirt sérigraphié Room25.

“Hooo, des tas de joueurs m’ont expliqué que mon jeu contient des similitudes avec Room25”, lançais-je à cet homme.

« Ah oui ? Ben ça tombe bien, j’en suis l’auteur ! »

Quelle chance, me voilà en pleine conversation avec François Rouzé, créateur de Room25. J’adore ces rencontres fortuites. C’est vraiment génial.

Room25 de François Rouzé

Par ailleurs, entre la présentation de quelques parties avec le public, j’ai trouvé le temps de discuter avec d’autre auteurs. Notamment avec Ghuilem Debricon, créateur du célèbre jeu d’apéro, Wazabi.
Il m’a évoqué un passage frustrant lors du développement du jeu et qu’il lui était difficile d’en parler aujourd’hui, telle une indigestion.  Il a du effectuer 3000 parties de tests. Cela fait partie des prérogatives d’un contrat, et je le remercie de s’être confié ainsi.

C’est vrai que l’on voit le monde merveilleux du jeu, sans être forcément armé ou préparé pour affronter toutes les épreuves qui nous attendent après la signature d’un contrat.

J’ai vraiment apprécié nos échanges et points de vue avec Christian Roullier.
Christian est de ces auteurs toujours joviales qui ont un bagage extraordinaire. Nous avons feuilleté  son livret recensant tous ces prototypes. Je n’ai jamais vu un créateur aussi prolixe.

Octogones, une convention marathon

Grâce à cette expérience, à mon tour de vous préparer à ce type d’événement.
J’ai listé au moins 10 conseils cruciaux, qui, je pense, m’ont permis d’obtenir les faveurs du public, alors que j’avais le moins de notes.
Et avant de lire la suite, j’espère que vous avez mis en pratique tous les conseils pour créer un prototype de jeu de société, tel que je l’ai fait pour la conception de mon prototype.

Conseil 1 :  un beau graphisme

Quoique vous disent les joueurs, ils préfèrent un prototype très agréable graphiquement. J’en ai la certitude. Ils font parfaitement la différence entre un jeu édité et un prototype. Mais un prototype chiadé performe beaucoup plus dans l’immersion et projette d’autant plus le joueur dans l’univers du jeu.

Conseil 2 : recueillir des évaluations

Imprimez des formulaires pour recueillir les avis des joueurs en fin de partie. J’ai pu discuter avec un éditeur qui, non seulement m’a confirmé que c’était la bonne pratique à adopter, et m’a également conseillé d’aller encore plus loin…

Conseil 3 : maintenir des statistiques

Il est fortement recommandé de synthétiser les formulaires et d’en dégager les tendances avec des graphiques. Il faut pousser l’analyse encore plus loin : tenir des statistiques de conditions de victoire par exemple. L’idée, c’est de relever pour chaque fin de partie, comment le joueur à gagné. Avec quel personnage, quel objet, quels éléments, à quel moment, à combien de joueurs se déroulait la partie.
Plus vous recueillez de paramètres, et plus fine sera l’analyse.

L’objectif est d’identifier des déséquilibres pattant. Est-ce qu’un personnage est plus puissant qu’un autre, est-ce que le jeu est moins jouable à trois joueurs qu’à quatre, etc.

Ce type de conseil est assez inédit je trouve, mais tellement pertinent. Les mettre en pratique semblent par contre difficile si l’on tient le stand seul.

Conseil 3 : être accompagné.

Je vais vous dire franchement les choses, une convention, c’est comme un marathon. Il faut tenir et enchaîner les parties de 9h à 22h, parfois sans manger.

La pause serait possible bien sûr. Mais dans cette émulsion, aucun auteur n’a envie de dire non à des joueurs voulant tester votre jeu et lire la frustration que cela pourrait générer sur leur visage. Alors, tant pis, on mange plus tard.

Voilà pourquoi je vous conseille d’être accompagné, ne serait-ce que pour effectuer quelques courses de victuailles et vous remplacer de temps en temps.

Souffler, c’est la possibilité de discuter avec d’autres auteurs, noter les bonnes idées et récupérer des contacts.

Conseil 5 : une bonne nuit de sommeil

Après de si longues journées, je vous assure, on a envie de faire reposer la machine dans un bon lit douillet.
Alors, il ne faut pas lésiner. Au diable l’avarice, ne dormez pas dans votre auto et préférez le confort d’une bonne chambre d’hôtel tempérée.

Conseil 6 : l’explication des règles

J’ai mis une petite stratégie en place pour expliquer le jeu. Dans le cas de Fortress Escape, j’ai préféré expliquer les règles découpées en plusieurs phases que je distille au fur et à mesure de la partie, en fonction des capacités des joueurs. L’objectif est de démarrer la partie le plus tôt possible sans noyer le joueur avec l’intégralité des règles.

Il ne faut pas oublier que je concourrais dans la catégorie Famille (ProtAmuse), et des enfants de 11 ans ont également testé le jeu.

Parfois, j’incarnais le premier joueur. En décrivant les actions principales, les joueurs suivants n’avaient plus qu’à copier mes mouvements pour connaître la mécanique de base.

D’ailleurs, certains m’ont formulé cette remarque : “j’expliquais mieux et plus simplement”. Est-ce que cela a joué sur l’avis du public ? Peut-être. Je dirais que c’est le cumul de tous ces facteurs qui ont favorisé une bonne convention.

Conseil 7 : notez et améliorer

Vous l’avez compris, une convention est le lieu idéal pour faire découvrir votre prototype. Puisqu’il s’agit d’une concentration de passionnés et de joueurs de tous niveaux, tous auront des formulations sur votre prototype.

Cependant, il vous faudra trouver ou placer le curseur entre “le bon conseil”, et le souhait radical d’un joueur. Certains voudront vous emmener dans un type de jeu qui ne vous correspond pas. Il faut identifier assez tôt ce type de commentaire et ne pas hésiter à le signifier sans froisser.

Par contre, il faudra écouter et se taire lorsque d’autres accumulent bonnes idées sur bonnes idées. J’ai carrément enregistré une conversation d’un joueur avec son autorisation. Il semblait inspiré, j’ai trouvé ce moment formidable.

Parfois, c’est vous qui inspirez. Lors d’une partie de test de Fortress Escape, un joueur a pris des notes sur la mécanique dans son petit calepin.

Conseil 8 : NE MODIFIEZ PAS LES REGLES DE VOTRE PROTOTYPE

Cela paraît anodin, mais au grand jamais, n’appliquez pas de nouvelles règles du jour au lendemain sans les avoir testé vous-même.

J’avoue avoir fait une entorse. De toutes les idées qui ont fusées le vendredi après-midi, je n’ai au final appliqué qu’une seule et toute petite règle pour les deux jours suivants. Et l’ajout de cette toute petite règle a bonifié toute la saveur du jeu.

Il faut résister à la tentation de vouloir tout changer et assumer le jeu tel qu’il est. D’autres occasions se renouvelleront pour présenter le jeu avec ses améliorations. Il faut seulement s’armer de patience.

Conseil 9 : relisez le 4e point.

Vous allez vous sentir vraiment frustré de ne pas avoir joué aux créations des autres auteurs. Les bonnes idées fourmillent lors de ces événements.
Rencontrer et partager est réellement enrichissant. Trouvez quelques minutes pour converser avec eux.

Conseil 10 : adoptez le flegme anglais

Chaque partie est radicalement différente d’une autre. Normal, allez-vous me dire, puisque chaque joueur est unique. Pourtant, peut-être à cause de la fatigue, je ne parvenais absolument pas à comprendre la problématique d’une joueuse. Et je devinais l’agacement…
Dans ce genre de situation, il faut calmer le jeu, et insister avec la personne, pour bien comprendre le point de grippage dans le jeu. Variez le vocabulaire, changez de point de vue, sans jamais s’agacer. Si le joueur ne comprend pas, dites vous bien que ce n’est pas de sa faute, c’est l’auteur qui explique mal.

Avec obstination, nous avons réussi à adopter le même vocabulaire. Armée de toutes les explications, cette personne a pu terminer sa partie, et gagner en apothéose d’ailleurs.

 

Voilà, j’espère que ces quelques conseils vous seront utiles lors d’une présentation de votre prototype en convention.

Est-ce que vous pensez à d’autres étapes que j’aurai omises ?

 

Partagez cet article sur :

2 réponses sur “10 conseils pour réussir une convention”

  1. Bonjour, il serait intéressant je pense de faire un petit article sur ce que doit comporter le fameux formulaire d’évaluation. Faut il plutôt des questions ouvertes ou fermées ? laisser libre court aux remarques ou orienter le questionnaires ?…

    1. Bonjour Olivier. Cette question est pertinente. Je ferai effectivement un article sur la mise en place d’un formulaire, merci pour la suggestion.
      En attendant, voici mon avis sur la question. Je pense au contraire qu’il faut éviter les questions ouvertes.
      Le formulaire est destiné à être rempli lors d’événements ou de rassemblements, à la fin des parties. Les joueurs ont peu de temps, il faut donc être concis et diriger les joueurs. Un système de note me parait le plus facile à mettre en place. Il ne faut oublier de synthétiser les données, et c’est bien plus facile avec un système de notation ou d’échelle.
      Les questions clés pour le prototype seraient : graphisme, mécanique, plaisir, recommandation, achat.
      J’espère avoir aidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *